Le Pouliguen Infos

Avec la fondation Yves Rocher 600 arbres ont été plantés au Pouliguen

Depuis quelques décennies, les paysages dans nos campagnes ont radicalement évolué. La mode du remembrement, destinée à regrouper des petites surfaces agricoles pour en faciliter l'exploitation a eu partiellement raison des haies bocagères véritables. Pourtant elles sont source de vie animale et sans équivalent pour la protection de l’environnement. Le centre des Korrigans du CPIE Loire Océane (Centre permanent d’initiatives pour l’environnement) a souhaité s’associer à la Fondation Yves Rocher pour cette importante plantation d’arbustes.

Les haies bocagères parcouraient deux millions de kilomètres sur le territoire français au début des années trente. Aujourd’hui, il n’en reste plus que… 750 000 km. Conscients du déséquilibre invasif pour les écosystèmes, des associations comme l’ AFAHC (Association française arbres et haies champêtres) ou organismes comme l’ONF (Office national des forêts) ont pris le problème du reboisement à bras-le-corps. La Fondation Yves Rocher – Institut de France est venue accompagner cette restauration.
Chacun se souvient de la tempête Klaus, en janvier 2009. Sous des vents dépassant les 130 km/h en rafales, le département des Landes avait subi des dégâts forestiers considérables. Dans sa mission de protection, la fondation a soutenu l’ONF (Office national des forêts) dans la restauration d’une surface de 18 hectares de la forêt landaise. À fin 2012, 30 000 arbres auront été replantés.

Réintroduire la biodiversité dans nos campagnes

Partout dans le monde, le slogan « Plantons pour la planète » de la Fondation Yves Rocher, soutenue par la marque du même nom depuis 20 ans, entraîne des actions de replantation. Les « écocitoyens » mettent les mains dans la terre avec une telle ardeur que l’on vise toujours plus. Aujourd’hui, l’objectif est d’atteindre les 50 millions d’arbres replantés sur la planète.

En France, on encourage le reboisement et la réintroduction des haies bocagères à l’aide d’arbres, arbrisseaux ou arbustes. Ces arbres champêtres forment des corridors écologiques entre les zones naturelles de tous genres. Ils protègent les sols en les fertilisants et absorbent la pollution. Au niveau aquatique, ils stabilisent les berges, régulent les courants, épurent avec leurs racines l’eau vive, ruisselante ou stagnante, nourrissent la flore aquatique. Ils diminuent les risques d’inondation et filtrent les éléments organiques ainsi que les pesticides grands pourvoyeurs d’algues vertes sur nos plages.
Les haies bocagères ont un effet brise-vent qui protège les animaux tout en les cachant aux yeux des chasseurs. Elles protègent aussi nos cultures et nos bâtiments des intempéries.

Le Pouliguen rallonge la « chenille forestière »

La longue liste des bienfaits sur l’écosystème de ces haies vertes entraîne des vocations écologiques dans toutes les régions de France. Avec le soutien de la Fondation Yves Rocher, à ce jour 200 000 arbres champêtres ont été plantés. Ils constituent un « ruban vert » de plus de 200 km.
En ce jeudi 1er décembre, en présence d’élus et de personnalités, le centre des Korrigans du CPIE Loire Océane a ajouté un nouveau tronçon. Très orienté vers la biodiversité et le développement durable et membre de l’Afahc, le CPIE du Centre des Korrigans avec l’appui des membres de la Fondation Yves Rocher a procédé à la plantation de 600 arbres autour d’une surface de deux hectares en bordure du littoral et non loin de l’espace urbain. Olivier Vanucci, spécialiste de la biodiversité, et Julie Bloquet, plus axée sur le développement durable, tous deux appartenant au CPIE, ont travaillé pendant près d’un an sur ce projet de plantation.

 

Auteur : JLM | 02/12/2011 | 0 commentaire
Article précédent : « Téléthon : Batz-sur-mer et le Pouliguen à l'unisson »
Article suivant : « Un inventaire remarquable »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter