Le Pouliguen Infos

Ça râle autour des halles

Elle fait triste mine, la place au Pouliguen. Les marchands des halles ont provisoirement déménagé salle Marcel Baudry le 26 septembre, le temps de la remise aux normes de l’édifice et de substituer le toit actuel en ardoises par une structure de verre. Les halles - vides - sont entourées par un ruban rouge et blanc en interdisant l’accès. Les commerces tout autour de la place attendent désormais le début du chantier.

Les commerçants de la place des halles se font du mouron au sujet de leur activité pendant les travaux. Ils s’attendent à vivre des jours difficiles d’ici l’été prochain. Ils dénoncent un manque de communication avec la mairie. «On n’a pas d’infos ! S’exclame Maude Brieux, du café ''Le petit verre''. En mai dernier, nous avons eu la réunion spécifique à nos commerces autour des halles, puis une réunion publique après l’été, mais je ne suis pas plus avancée. Par exemple nous devons démonter nos terrasses d’ici dimanche soir mais nous ne savons pas si nous pourrons les remettre après.»
Catherine Beaurel, gérante du ''Ballad Café'' est encore plus remontée. Et elle n'est pas tendre: «Même la date du déménagement des halles ne nous avait pas été communiquée. On nous mène en bateau. C’est le flou artistique complet. Le 15 septembre, j’ai pris l’initiative d’écrire une lettre à la mairie pour poser des questions précises. Elle a été signée par tous les commerçants de la place. Dans la réponse, on nous stipulait que les travaux commenceraient le 3 octobre exactement. Nous sommes le 5 et nous attendons toujours. Impossible de savoir non plus quand sera cassée la dalle devant le café et quelles seront les conséquences pour son accès. Et on n’imagine pas encore le bruit que cela va faire ! De plus, les jours de marché, les camelots qui devaient continuer à venir rue du centre, proche de la place, ont préféré déplier leurs stands plus loin, entre l’église et la salle Baudry. Je les comprends mais de tout ce que nous a écrit la mairie, pour l’instant il n’y a rien qui tient. Sans parler de l’affichage minimaliste. Le lendemain du déménagement, il n’y avait aucun panneau indiquant que les artisans des halles étaient partis ailleurs. C’est nous qui avons dû expliquer aux gens où était le marché.»
 Huit mois au ralenti
La longueur des travaux les interpelle également. «S’ils avaient duré six mois, jusqu’aux vacances de Pâques, personne n’aurait rien dit» poursuit Catherine Beaurel. «Mais jusqu’à fin mai ou début juin, ça fait beaucoup. Ça nous prive de la clientèle des vacances de Pâques et des nombreux ponts du mois de mai cette année. Aucune indemnisation n'est prévue mais on nous propose de nous subventionner en partie pour refaire nos devantures après les travaux. La priorité sera plus de renflouer les caisses que d’engager des dépenses. Le restaurant libanais ''El Khiam'' qui a une réputation et le bar ''Le tonneau'' qui a une clientèle fidèle, pourront sans doute s’en sortir sans trop de dommages, mais pour beaucoup d’autres c’est moins sûr. D’ailleurs, le rôtisseur traiteur '' La cocotte'' a préféré fermer pendant toute la durée du chantier. Il ne se voyait pas faire à manger au milieu de la poussière.»
Son de cloche plus positif chez les commerçants qui étaient sous les halles, et désormais installés temporairement salle Baudry, à 200 mètres de là. Néanmoins ceux avec qui nous avons discuté ont préféré garder l’anonymat car «ici tout ce qu’on dit peut porter à polémique. Nous, on ne veut pas faire de politique. On se brouillerait avec une partie de la clientèle !» De l’avis général, la salle Baudry a été bien fréquentée depuis le déménagement, il y a une dizaine de jours, notamment grâce au beau temps persistant fin septembre et début octobre. «Nous sommes plutôt bien logés ! On n’est pas mal ici. Bien sûr on préférait être sous les halles qui sont plus conviviales, mais c'est pour avoir mieux ensuite. On a un peu chaud, on a moins d’air mais je pense qu’on appréciera d’être à l’intérieur s’il fait froid cet hiver.» Eux non plus, n’ont pas de calendrier précis pour le retour sous les halles. «On nous parle de mai ou juin 2012, mais on n'en sait pas plus.» On espère juste qu’on ne passera pas la saison ici car les estivants ne sauront pas qu’on est là. Mais c’est indéniable qu’il fallait vraiment faire quelque chose pour rénover les halles. Nos clients y sont très attachés, mais en majorité ils sont plutôt sceptiques sur la toiture en verre. Ils pensent que le toit en ardoises reflétait l’identité de la commune.» Si bien que de nombreux Pouliguennais ont d’ores et déjà trouvé un surnom aux futures halles : « Le Louvre » en référence à la pyramide de verre du musée parisien.

Maude
Maude
Catherine
Catherine
Auteur : GG | 06/10/2011 | 0 commentaire
Article précédent : « Fin du calvaire pour Les Trésors d’Emi ? »
Article suivant : « 19 juin : réouverture des halles »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter