Le Pouliguen Infos

Conseil municipal : Face au « gros temps », il faut réduire la voilure

C’est le conseil que pourrait donner Loïck Peyron, l’enfant du pays, aux élus pouliguennais. Le conseil municipal du 31 janvier 2012 avait pour principal objet le traditionnel débat d’orientation budgétaire 2012. Sensible à la moindre étincelle, sans dérapage et bien polissé ce débat fut consistant et intéressant à la fois par la qualité des intervenants et des réactions engendrées. C’est, paraît-il, peu courant…
Le Pouliguen ®JLM
Le Pouliguen ®JLM

Le DOB (débat d'orientation budgétaire) n'est pas sanctionné par un vote, il vient en prélude à l’examen du budget primitif. Il fixe les grandes orientations de la politique de la ville. Comme l’a rappelé Loïc Debatisse, ce DOB qui conditionne l’action municipale, s’inscrit dans un contexte économique national et international très difficile. « Nous nous devons d’être prudents quant à nos prévisions de recettes ». Pour tous, l’inquiétude est légitime.
L’indemnité « ERIKA » d’un montant de 674 000 € et la redevance Espace Domicile de 84 000 € liée à l’opération immobilière rue du Croisic sont un ballon d’oxygène pour les recettes 2012. Elles augmentent de 31,88 %. Les dotations que verse l’état restent stables. Mais, la population du Pouliguen est en décroissance, et la tendance baissière des dotations se profile. D’où la prudence. Cependant « Nous n’envisageons pas d’augmenter les taux d’imposition d’ici la fin de notre mandature. L’optimisation des dépenses de fonctionnement, en légère hausse, devra être de mise ». Et de rajouter, « Il faudra veiller à ce que l’épargne reste à des niveaux autorisant l’autofinancement de projets d’investissements de façon raisonnable ».
 

Ambitieux malgré tout

En matière d’investissement, alors que depuis le début de la mandature la moyenne de l’enveloppe consacrée est de 2,300 M€, les élus prévoient pour 2012 un montant de 3,870 M€ afin d’améliorer le cadre de vie des pouliguennais. Mais les orientations financières de la commune se déclineront sur trois axes : la stabilité fiscale, la maîtrise de la dette et la conservation d’un niveau d’épargne suffisant.
Avec un reste à réaliser de 2011 (892 000 €), la ventilation de l’enveloppe sur l’exercice 2012 de 3,870 M€ pourrait être de 22 % pour immobilisations corporelles et de l’ordre de 78 % pour les immobilisations en cours. « Le contexte économique nous invite à la vigilance. Cependant, sans obérer l’avenir, la collectivité souhaite soutenir l’activité économique locale et reste confiante, déterminée et pragmatique pour aborder l’année 2012 ».

Suite à l’exposé de Loïc Debatisse, les oppositions pouvaient s’exprimer. Pour la petite histoire, l’ex-maire bouillant d’impatience, Christian Cannone ne put attaquer son « show » très attendu par une partie du public, qu’à… 21 h 20. Fait rarissime.
Tour à tour, Élisabeth Loday, Norbert Samama et Daniel Pihour apportèrent la contradiction. Elle fut à la fois constructive, redondante parfois, interrogative souvent, suspicieuse à la marge mais aussi à l’occasion « tatillonne » à l’excès si bien, qu’au fil du temps, une partie du public quittait la salle.

Orgue et boulodrome intriguent

Dans cette partie de ping-pong et de face à face entre les oppositions, (le maire Yves Lainé avait bien du mal à gérer les demandes de prise de parole), il fut question du boulodrome. « La population est très âgée, un boulodrome n’est pas nécessaire au Pouliguen ». Une somme de 100 000 € est pourtant provisionnée et elle inquiète. « Non, rien n’est lancé. Nous avons toujours dit que nous ne ferons rien tant que nous n’aurions pas obtenu la garantie d’obtenir des subventions à hauteur de 50 % ». Même débat pour l’orgue ; Ce projet avance-t-il ? Cet orgue neuf sera-t-il une « barbar(er)ie » pour les finances de la Ville (400 000 €) ? Car auparavant il faudrait que l’église soit chauffée afin que l’orgue souffle à pleins poumons. Du côté municipal, « On peaufine, on prend conseil ».
On parla également des inquiétudes au niveau de l’épargne. « Dans le prévisionnel à 4 ans, les dépenses augmentent de 3 % et les recettes seulement de 1 % ». C’est la meilleure façon de « bouffer » la cagnotte. « Il faut donner la priorité à des projets sans coûts supplémentaires en frais de fonctionnement ». Pareil pour les frais de personnel qui inexorablement progressent tous les ans. « C’est dû aux augmentations pour changement de grade et d’échelons. Les promotions personnelles. C’est mécanique ». Heureux fonctionnaires.

La digue, la digue !

Les digues constituées d’éléments provisoires sont en cours de réalisation. Mais pour leur surélévation, à l’horizon 2015, au coût astronomique de 1 M€/km, le projet est en attente des subventions de l’État à hauteur de 60 à 70 %.
 « Et les subventions Fisac pour la nouvelle halle ? ». Le dossier est considéré comme complet et la réponse positive est attendue. « À qui est imputable le surplus (24 000 €) pour la découverte de la dalle défaillante. Les carottages inefficaces ? ». C’est un aléa de chantier. Il ne retarde pas le calendrier des travaux qui seront terminés fin avril. Pour l’anecdote, le coût des sanitaires publics de 90 000 €, ils sont « automatiques » mais cela fait tousser. « On ne pisse pas dans l’or, mais quand même. Faisons attention ». Même registre pour les bâtiments communaux qui sont des dévoreurs d’énergie « On chauffe à bon compte le derrière des mouettes ».

Pour conclure, le conseil se termina à 21 h 45, le retrait de la délibération approuvant la révision du POS de la ZAC des Portes Korriganes posa problème. Une phrase contrariait Christian Cannone, le maire en convint. Elle sera retirée. Les tarifs communaux resteront quasi stables avec une hausse maximum de 2 % pour certains postes. Après deux ou trois « bricoles », notamment sur des avenants de plus-values sur des travaux de voiries eaux pluviales et autres.
Le conseil municipal était venu à bout d’un ordre du jour bien lourd.

Auteur : JLM | 01/02/2012 | 1 commentaire
Article précédent : « Le conseil des sages du Pouliguen »
Article suivant : « Le « ras la baie de La Baule » de Letournel »

Vos commentaires

#1 - Le 03 février 2012 à 02h34 par Rual
Les gens présents ont surtout noté que la commune a voté de cautionner une entreprise dont les renseignements financiers seraient sujets à ...caution.
S'agissant d'un engagement dépassant le million d'euros et s'étalant sur 50 ans, le sujet mériterait plus d'attention que les coûts de chauffage.
Une caution est un engagement certain qui doit être payé en cas de défaillance de l'entreprise. Les gestionnaires avisés évitent ce genre de risque par les temps qui courent.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter