Le Pouliguen Infos

Découverte des villas balnéaires du Pouliguen

L’association Les Greniers de la mémoire propose cinq visites guidées dans la ville du Pouliguen. Danielle Papion fait découvrir le tourisme et l’architecture balnéaire.

Villas

La commune du Pouliguen n’est véritablement créée qu’en 1854. Mais ça ne signifie pas qu’il n’y avait rien avant : la pointe de Penchâteau a été habitée plusieurs fois pendant l’Antiquité (http://www.lepouliguen-infos.net/les-vestiges-du-camp-de-penchateau-26-31-537.html) et les habitants du Pouliguen sont attestés depuis le XIVe siècle comme une trève (subdivision) de la paroisse de Batz-sur-Mer.

Du concept balnéaire au Pouliguen

Dès le XVIIIe siècle, les aristocrates quittent les villes plusieurs mois par an pour aller à la campagne où ils se font construire des petits châteaux (aussi appelés folies). « C’est en Angleterre qu’il est, pour la première fois, évoqué les bénéfices de l’eau de mer : plonger le corps dans l’eau froide crée une réaction qui le régénère », explique Danielle Papion de l’association Les Greniers de la mémoire. Lors de la Restauration en 1815, la noblesse française exilée dans les pays européens depuis la Révolution revient et ramène de nouvelles tendances, comme la villégiature balnéaire. La première station est lancée à Dieppe par la duchesse de Berry1.
Dès 1824, des villégiateurs sont signalés au Croisic. Deux hôtels (Saint-Jean-de-Dieu près de la jetée et un autre dans le centre) sont d’abord créés. La ville est rapidement agrémentée d’un casino. Ingres, Balzac ou encore Flaubert viennent au Croisic. « Une société chic arrive et elle le devient encore plus avec la Casino. Mais ce n’est pas du goût de tout le monde : certains y retrouvent trop les contraintes de la société de la ville », ajoute Danielle Papion. Ils veulent le calme, une ambiance familiale et amicale. C’est pour cela qu’ils vont au Pouliguen, où des Nantais et des Angevins sont déjà installés.

Le style balnéaire

Il n’existe pas de style balnéaire aussi clairement défini que l’est le style rococo ou encore le style Empire. « Pour sa résidence secondaire, chacun fait ce qu’il veut », précise Danielle Papion. Il existe cependant quelques grandes lignes :
L’ouverture sur l’extérieur avec beaucoup de fenêtres.
Une façade asymétrique avec un pignon avancé, des balcons, des loggias, des belvédères ou des bow-windows.
La multiplicité des matériaux : bois, pierre (beaucoup de tuffeau), briques, céramiques… Pour égayer le granit.
Des toitures très sophistiquées qui avancent et ayant des jambettes en bois sculpté.
De même, il existe plusieurs inspirations pour les villas balnéaires :
L’inspiration gothique ou du Moyen-Age avec des toits très pointus et des façades en granit.
Au début du XXe siècle, le style régionaliste (néo-breton, néo-basque, néo-italien, …)
Entre les deux guerres, le style Art Déco.
 

Les villas du bord de mer

Les différents styles de construction sont facilement reconnaissables, d’autant plus que pas moins de 27 villas ont été construites par le même architecte : François Bougouin.
La balade des Greniers de la mémoire commence à l’hôtel de ville, un petit château Louis XIII construit par le comte Albert Fournier de Pellan. Une fois n’est pas coutume, cette façade était complètement symétrique et très ouvragée. Loué à un orphelinat puis habité par des réfugiés Espagnols, les Allemands pendant la guerre, un régiment français et un préventorium pour enfants après. Il a été racheté par la ville en 1984 et devient l’hôtel de ville en 1988.
La villa de l’architecte François Bougouin mélange elle aussi un peu tous les styles : une tour en brique, des fenêtres avec des entourages en pierre blanche, des balcons et des fenêtres très travaillés. Le côté gauche est d’inspiration Moyen-Age.

 *Caroline de Bourbon-Sicile, belle-fille de Charles X.
 

Pratique :
Visite de 2 heures, tarif 3 €.
Prochaines visites le 7 août à 14 h 30, le 22 août à 15 h 00, le 6 septembre à 14 h 30 et le 14 septembre à 10 h 00.
Informations et renseignements (pour celle-ci et les autres visites) au 02 40 42 11 34 (Greniers de la mémoire) ou au 0240423105 (Office de tourisme du Pouliguen).


Légendes photos :
1-L’hôtel de ville, anciennement Ker Albert, construit par le comte Albert Fournier de Pellan
2-Villa Les Cerises de la famille Cointreau.
3-Une villa de style Moyen-Âge.
4-Une villa de style néo-breton.
5-Une villa où tout est mélangé : une tour conique à gauche, une toiture avec quatre pants à droite. La façade est en granit rehaussée de briques, de tuffeaux et de céramique. La véranda date de 1970.
6-Ker Bihan, d’inspiration Moyen-Age avec une fenêtre à meneaux en pierre.
7-Un belvédère.
8-Une villa à la toiture asymétrique.
9-Une villa Art Déco, un peu plus symétrique.
10-Une villa avec un pignon très avancé à gauche. Les jambettes de son toit sont sculptées (un paludier et une paludière).
11-Ker Impair, la maison de François Bougouin.
 

Auteur : AP | 25/07/2012 | 0 commentaire
Article précédent : « Bientôt un nouvel orgue au Pouliguen »
Article suivant : « Les vestiges du camp de Penchâteau »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

 Publicité
Audiences annuelles des sites du réseau Media-WebSalon Chocolat
 Twitter réseau Média Web
Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter