Le Pouliguen Infos

Du monde au bois du Pouliguen

L’été a été bon pour le comité des fêtes et ses soirées du bois avec une fréquentation constante et peu de repli dans la salle des fêtes pouliguennaise à cause du temps.

Pierre Courtil, président du comité des fêtes du Pouliguen s’occupe des soirées du bois depuis 1994. « Les vacances d’un mois n’existaient pratiquement plus. Nous voulions donner au moins un spectacle par semaine pendant la saison ». L’idée est bonne et s’impose au Pouliguen où ces soirées sont devenues un rendez-vous incontournable de l’été. Cet été, pas moins de onze spectacles ont eu lieu de début juillet à fin août. Un douzième était prévu, mais le groupe Péruvien n’a malheureusement pas pu venir. « Ça a aussi été très juste pour le groupe de Turquie qui n’a eu son visa qu’en montant dans l’avion », se souvient Pierre Courtil.

De la musique folklorique aux reprises

L’une des forces des soirées, c’est la variété de la musique, même si les groupes folkloriques sont largement mis à l’honneur. Pas moins de trois cet été (de Taiwan mais aussi de Turquie) qui ne peuvent venir que grâce aux bonnes relations des membres du comité des fêtes avec les festivals folkloriques de France. « Cette année, selon nos sondages, les spectateurs auraient aimé plus de groupes folkloriques. Ça dépend des années », s’amuse Pierre Courtil. Ce sont les festivals folkloriques qui font venir les groupes ; ils envoient une liste de leur sélection au comité des fêtes du Pouliguen et les groupes sont sélectionnés en fonction des dates, même si la variété est privilégiée. Le comité des fêtes les prend alors en charge pendant 24 heures pendant lesquelles ils sont nourris et logés par une équipe maintenant rodée. « La mairie nous prête un dortoir pouvant accueillir au maximum 40 personnes. Suivant la subvention municipale, nous choisissons des groupes », ajoute Pierre Courtil.

700 à 800 spectateurs

Contrairement à d’autres, les soirées du bois n’ont pas souffert du mauvais temps. Seuls deux spectacles ont été déplacés dans la salle des fêtes cet été (le groupe Retour et Scopitone), les autres ayant pu rester au bois, si ce n’est en plein soleil, au moins sans pluie. Pour Pierre Courtil, le temps mitigé a été « stressant. Il nous a fallu choisir vers 15 heures si le matériel devait être installé dehors ou dans la salle. Et après, advienne que pourra ! » La seule mauvaise surprise de cette année a été pour la Batterie Fanfare de la Côte Sauvage : elle a fait un tour sur le remblai et y a été accueillie par la pluie. Et le public a été au rendez-vous avec une moyenne de fréquentation de 700 à 800 personnes par soirées. « Quand nous allons dans la salle des fêtes, pas plus de 500 spectateurs peuvent entrer », précise Pierre Courtil. Les chiffres sont équivalents d’une année sur l’autre, le comité des fêtes a réalisé plusieurs gros coups avec Scopitone par exemple, faisant monter le nombre de spectateurs à environ 1 500, mais ce sont des pics ponctuels. Cette constance s’explique par la qualité des spectacles mais aussi la localisation privilégiée que représente le bois, zone de passage entre la ville et le bord de mer.

Auteur : AP | 09/09/2011 | 2 commentaires
Article précédent : « A Nau Voix : les notes volent en éclat »
Article suivant : « La Fête Bretonne de la Sainte-Anne, du 22 au 24 juillet »

Vos commentaires

#1 - Le 11 septembre 2011 à 04h23 par Rual
Le seul "petit problème" est que le bois finira par ne plus être un bois. Pourquoi ne pas faire ces spectacles aux bôles de gioustan, maintenant qu'il n'y aura plus de ZAC ?
#2 - Le 16 septembre 2011 à 15h24 par Bernie
...ou à la déchetterie, c'est encore plus loin... !

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

 Twitter réseau Média Web
Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter