Le Pouliguen Infos

La dalle des halles ne vaut « que ...dalle »

Surprise, jeudi par une matinée automnale triste, la place du marché était vide. Point d’ouvrier sur le chantier. Depuis le 24 novembre, le chantier de rénovation des Halles a été déserté. Pourquoi ?

Sur place, seulement deux maçons, de l’entreprise Satem de Carquefou, s’occupent dans le nouveau local pour sanitaires, vestiaires et poubelles. La désertion, prévue et provisoire celle-là, des commerçants du marché avait eu lieu le 28 septembre dernier. Les travaux avaient débuté le 5 octobre. Pas pour longtemps ; les commerçants du pourtour des halles avaient constaté un arrêt des travaux de deux semaines environ aux alentours de la Toussaint. Rien d’alarmant.

Des regards en chiens de faïence
Mais après l’enlèvement du carrelage, rien ne va plus. Mauvaise surprise. C’est souvent le cas lors de rénovations de bâtiments anciens. Pour enfouir les 19 fourreaux de passage des câbles électriques, il était nécessaire de creuser une tranchée.
L’ancienne dalle découverte est de seulement 5 cm d’épaisseur. Cela ne permet pas de poursuivre le chantier. La crainte d’une trop grande fragilité oblige à revoir les plans et stopper, séance tenante, l’avancement des travaux. Lors de la réunion de chantier du mardi 28 novembre, il a été décidé de casser la vielle dalle et d'en refaire une neuve de 13 cm d’épaisseur. 
Dans les commerces désertés, on se regarde en chiens de faïence dans l’attente d’un client égaré éventuel. Maude Brieux à l’enseigne « Le Petit verre » confirme la désaffection de la clientèle. «  Nous avons perdu 12 % de notre chiffre d’affaires en octobre et 33 % en novembre. C’est pareil pour les collègues autour. Les ouvriers sur le chantier sont sages. Parfois, un ou deux viennent boire un petit café. Ce n’est pas suffisant. Nous fermons de temps en temps. Il y a quelques jours, nous avons fait une journée de 89 € après huit heures d’ouverture dont trois de nuit. À quoi bon insister ? »

Quand rien ne va…
Vendredi 1er décembre, 16 bâches des halles ont été installées sur les grilles du pourtour du chantier. Elles devaient servir pour la communication municipale sur le détail et l’avancement des travaux. « Dès le samedi matin à 9 h elles avaient disparu. Les services municipaux ont retrouvé toutes les bâches couchées sur la chaussée suite à un coup de vent dans la nuit ». Cela nous a fait bien « marrer » confesse un client  encore hilare.

La destruction de la vielle dalle devrait commencer fin de semaine. Mais le début du coulage de la nouvelle ne pourrait débuter, au mieux en fonction des délais administratifs toujours très longs, qu’au début de l’année prochaine.

La pose de la couverture en verre, emblématique du projet, était programmée mi-janvier et la fin du chantier au printemps 2012.

Compte tenu des aléas constatés, des reports de délais seront-ils annoncés ? Les commerçants en tremblent d’avance.

 

Auteur : JLM | 08/12/2011 | 1 commentaire
Article précédent : « Marché de Noël »
Article suivant : « L’UACP new look 2012 »

Vos commentaires

#1 - Le 09 décembre 2011 à 16h16 par epsilon, Le Pouliguen
Et combien vont coûter ces travaux supplémentaires? Pas de problème pour le financement ? Mais non! Comme le maire aime à le rappeler si souvent: "les finances du Pouliguen sont saines".

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter