Le Pouliguen Infos

Le Bagad de la Presqu’île « Ar Poullig Gwen » ne manque pas de souffle pour sa rentrée.

Créé en 1992, le Bagad de la Presqu’île, présidé par Jean-Paul Le Strat, a déjà largement fait ses classes. Et s’il ne fait pas de concours, et donc n’est classé dans aucune catégorie, ça n’empêche pas la formation, composée par plus d’une vingtaine de sonneurs, de rechercher des évolutions et à proposer une programmation de plus en plus riche. Les répétitions ont repris à la salle Civanam, avec quelques nouvelles têtes, et une volonté clairement affichée de transmettre la passion pour la musique bretonne aux plus jeunes.

Avec une bonne vingtaine de sorties tout au long de l’année, et plus particulièrement en période estivale, le Bagad Ar Poullig Gwen est un incontournable des fêtes, festivals et autres fest-noz de la région. Cette année, ils ont été en tête d’affiche du Festival Anne de Bretagne et des Fêtes des vieux métiers au Croisic, de la fête Bretonne du Pouliguen, ou encore de la fête des Thoniers à Etel. Partout, les sonneurs de la Presqu’île reçoivent un accueil chaleureux de la part des organisateurs et du public, pourtant de plus en plus exigeants en qualité. 

C’est là tout l’enjeu de cette rentrée. « Nous devons faire évoluer notre programme de musiques et de marches pour les défilés. Cette année, il y aura sans doute plus de danses. Nous ne faisons pas de concours, mais nous tenons à proposer un beau spectacle lors de nos sorties », explique André Guénec, le trésorier. « C’est important de faire évoluer le programme, de proposer d’autres combinaisons car le monde de la musique bretonne progresse vite », ajoute Jean-Paul Le Strat. Aussi, le bagad cherche à s’étoffer. Déjà quelques nouveaux sonneurs, à la cornemuse et à la bombarde, ont rejoint les rangs. Mais il péche un peu dans un domaine : « Nous avons un gros manque dans les percussions et la batterie. Ce serait bien de trouver du monde ».

Surtout, le plus important pour ces passionnés, c’est la transmission du savoir et du patrimoine aux jeunes. Les débutants sont les bienvenus dans un bagad qui s’est très bien organisé pour les former. Les nouveaux sont encadrés par deux professeurs salariés par l’association. Pierre Foliard, sonneur dans le bagad de Saint-Nazaire, donne des cours de cornemuse. Gweltaz Riallaud du Kevren Alré (Auray) enseigne la bombarde. Le bagad fournit gracieusement les instruments et l’inscription est à la portée de toutes les bourses à 100 euros l’année pour la cotisation et les cours. La cotisation annuelle est portée à 20 euros pour tous les membres qui participent à des sorties. À noter que le bagad s’autofinance et ne reçoit pas de subventions directes de la mairie, si ce n’est le prêt de la salle de répétition.

Le prochain événement se déroulera à la salle des fêtes du Pouliguen, le 7 novembre, avec le rassemblement des six bagads de Loire-Atlantique.

Les répétitions se déroulent à la salle Civanam, place de la Duchesse Anne, le mercredi de 17 h 30 à 20 h 00 pour les bombardes confirmées, le mercredi de 18 h 30 à 20 h 00 pour les débutants cornemuses, le jeudi de 18 h 00 à 20 h 00 pour les nouveaux sonneurs, couples et saxos, le jeudi de 19 h 00 à 21 h 00 pour les cornemuses confirmées, et un dimanche sur deux pour une répétition générale.

Pour plus de renseignements : http://bagadlepouliguen.pagespro-orange.fr/index.htm

Auteur : Yoann Daniel | 22/09/2010 | 3 commentaires
Article précédent : « Un coup de « chœur » pour la chorale des Embruns et sa répétition publique »
Article suivant : « Œil passionné déclencheur d’émotions pelliculées »

Vos commentaires

#1 - Le 27 janvier 2012 à 07h33 par denot jacky, RomillÉ
salut André,toujours dans la musique, bravo !
un petit bonjour de bretagne .
amitié.

jacky
#2 - Le 07 mars 2016 à 10h22 par denot jacky, Saint-alban
Salut André,je fais des recherches pour avoir des photos d'armée, si tu as quelques uns de ces souvenirs, je serais heureux de les recevoir.
si tu as des adresses de copains de chambrée, je serais également heureux , merci d'avance .
cordialement
jacky
#3 - Le 22 mars 2016 à 05h50 par Trouz an traktourien
"À noter que le bagad s’autofinance et ne reçoit pas de subventions directes de la mairie, si ce n’est le prêt de la salle de répétition".

Bienvenue dans les pays de la poire. Combien pour la pétanque, ce sport célèbre symbole culturel en Bretagne avec l'aioli et le cassoulet.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter