Le Pouliguen Infos

Le conseil municipal : l'opposition joue tous les ballons

Le conseil a étudié plusieurs délibérations qui, pour paraître simple a priori, ont servi de socles à des discussions multiples.

Un lundi soir après la victoire de l'équipe de France, un peu sédatée par les comptes administratifs et autres décisions modificatives, l'assemblé du conseil municipal arrivait à la délibération numéro cinq. Il en restait donc sept avant la fin de la séance. Tout pouvait laisser penser que qu'on irait tranquillement surtout que le ton n'avait pas monté jusqu'alors malgré les petites piques échangées entre majorité et opposition. Mais était-ce la présence de la petite caméra qui servait d'arbitre des bonnes manières, au Pouliguen on avait vu pire.
La suite est restée courtoise mais agitée sur les points à venir.

Les tennis gratuits 10 mois sur 12

L'avenant à la convention de mise à disposition d'équipements sportifs au Tennis club pouliguennais lança les débats sur deux fronts : juridique et économique. Le président de l'association avait fait la demande de gestion des trois courts de tennis gérés jusqu'alors par la Ville (du bois), pour la période d'été (juillet et août). ll fallait donc un avenant au contrat de mise à disposition. « Cela pourrait être requalifié comme une délégation de service public », indiqua l'opposition Samama qui n'a pas pris part au vote. Annaïck le Nozach expliqua «nous avons tout bien vérifié, il n'y a pas lieu de parler de DSP». Ensuite un long débat sur les prix d'utilisation, à la Baule et ailleurs, des courts de terre battue, en état ou pas etc... « C'est élevé pour des terrains municipaux, et pour les Pouliguennais qui ont participé à leur financement » selon l'opposition. « Oui mais ils sont gratuits tout le reste de l'année, ce n'est pas neutre » répétera  le maire plusieurs fois. 4 abstentions.

Petite restauration : gare au Kebab !

Il s'agissait de donner un accord sur le renouvellement du bail commercial d'un établissement situé sur le port pour cause de modification de la destination. Et comme, justement, la destination était modifiée le notaire dans sa grande sagesse considérait ce bail comme « neuf » et il demandait l'avis du conseil. Le gérant souhaite ajouter « vente de jus de fruits frais et petite restauration » à ce qu'il fait déjà, savoir « salon de thé et consultations de livres ». À la revente, Christian Canonne craint que « petite restauration » ne permette ... « Un Kébab, Est-ce qu'on le souhaite ? il  y en a déjà eu un, et on a eu du mal à l'ôter ». Le maire ne se priva pas de faire remarquer « je n 'ai rien contre les Kébab, c'est une remarque désobligeante ». « On veille à la diversité, on y est attaché. C'est une extension fréquente ».
« On sera vigilant » concèda Yves Lainé. Seconde vague avec Norbert Samama qui souhaite « une réflexion sur la diversité de l'ensemble de la promenade ».
8 abstentions, des deux oppositions. Les commerçants apprécieront sans doute. Si une liste Samama ou Canonne était passée, le salon de thé n'aurait pas eu d'autorisation d'extension d'activité.

Les pieds dans l'eau

La compétence eaux pluviales est désormais passée à Cap Atlantique mais la rue de Kerdun est souvent copieusement inondée et il a été décidé de mettre en ordre le réseau pour un montant de 83 000 €.
«Est-ce qu'on ne peut pas attendre ? » Demanda l'opposition Samama (pour que Cap prenne à sa charge). « Il nous a paru nécessaire de solutionner cela vite, ce n'est qu'en 2015 pour les travaux, et il y a 15 communes dans Cap atlantique ».
«Est-ce qu'on a la garantie que les travaux d'assainissement seront faits en même temps ?» Demanda l'opposition Canonne qui souhaite « qu'on en sorte » et « pas faire en deux fois ». Réponse imperturbable du conseiller en charge :« On va commencer parce qu'on sait faire, et on travaillera avec Cap ».

Gare : est-ce à la Commune de payer ?

La gare doit être remise aux normes d'accessibilité pour personnes à mobilité réduite. Les communes de Pornichet, Le Croisic et Le Pouliguen se sont réunies et ont obtenu ainsi un rabais de 30 % et que Cap finance une partie des travaux soit pour le Pouliguen des travaux d'un coût de 1 110 k€ - la Région payera 50 %, Cap 12,5 %, la Ville 12,5 % (soit 138 750 €), RFF 25 %. Pour Christian Canonne ce n'est pas à la Ville de payer ces travaux, « cela ne nous incombe pas, c'est à la Région et à Réseau Ferré de France de payer ça ! ».

Congés d'été pour les personnels communaux

Lors de l'étude de la délibération concernant les emplois saisonniers, l'opposition Samama a posé une question sur un sujet fragile : « quel est le pourcentage d'employés communaux à prendre leurs congés en été ?». Le terrain était glissant. « C'est simple : dans une commune touristique il est intéressant de savoir qui sont remplacés, dans des entreprises touristiques on demande aux salariés de ne pas prendre leurs congés en été ». « Même s'ils ont des enfants...votre question n'est pas anodine » s'invita le maire. Les branches étaient hautes ensuite pour se rattraper.... « Notre intention n'est pas d'interdire les prises de congés d'été ». « On dira que c'est une curiosité dira le maire d'un ton courtois mais acerbe ». « Admettons ». Mais Norbert Samama ne lâcha pas l'affaire, expliquant « que c'est fait par ailleurs avec l'accord des salariés,une modulation au fil de l'activité » , « oui oui ...quand même, bien sûr » grinça le maire. « Vous savez que nos ressources humaines travaillent déjà sur ce sujet depuis plusieurs années » se moqua Yves Lainé qui semblait avoir moyennement apprécié la leçon de gestion de personnel.

Auteur : LY | 01/07/2014 | 1 commentaire
Article précédent : « Feu d’artifice du 13 juillet »
Article suivant : « Le conseil municipal a examiné le compte administratif »

Vos commentaires

#1 - Le 02 juillet 2014 à 16h09 par Jeanne, Pouliguen
Y a à lire sur le conseil. Cela bouge et, avec courtoisie, en plus. Caméra, caméra...Cela change aussi les enfants quand on les filme à l'école.
Les tennis du bois à 16€ par heure, c'est cher. Le prix m'a été donné par la personne qui s'en occupait avant. Et comme par hasard, l'été quand on peut y aller. Les secondaires vont apprécier. Avant, c'était 12€ par heure et 10€ avec un carnet. Tout le monde ne pourra pas jouer au tennis.
Je reconnais de moins en moins la promenade. elle mériterait vraiment qu'on la retravaille, même pour toutes ces activités. elle donne l'impression d'évoluer dans l'anarchie. Le maire a raison pour le kebab, il ne faut pas stigmatiser par les temps qui courent.
Alors, pour les congés d'été, c'est toujours la même chose. Tabou, le pourcentage d'employés communaux à prendre leurs congés en été ! Pourquoi pas y réfléchir ! Là où je travaille, certains postes sont occupés tout l'été parce qu'il ne peut pas y avoir de saisonniers pour les remplacer. C'est pas pour tout le monde. C'est selon le poste. Le recrutement est fait en fonction. Là, c'est le maire qui stigmatise. Leçon de gestion de personnel, parfois, y en aurait besoin quand on sait certaines choses que tout le monde sait. C'est quoi la réponse à la question au fait ?
Peut-on intervenir dans un conseil comme pouliguennaise pour dire tout cela ?

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter