Le Pouliguen Infos
  • 2020

Le Pouliguen : Fermeture d'une classe de 6e au collège Jules Verne

Enseignants et parents se mobilisent. Le chef d'établissement a annoncé juste avant le départ en vacances la fermeture d'une classe. Cette fermeture met en péril l'établissement et des menaces pèsent sur l'emploi (temps partiels, temps partagés.)

L'avenir du Collège Jules Verne en danger

Menaces sur le collège Jules Verne au Pouliguen
Menaces sur le collège Jules Verne au Pouliguen

" La Direction des Services Départementaux de l’Éducation Nationale (DSDEN) a fait part de sa décision de fermer une classe de 6ème au collège Jules Verne du Pouliguen à la rentrée prochaine.

Alors que le ministère met en avant « l'école de la confiance », les services académiques vont, avec cette fermeture, considérablement dégrader les conditions de travail des élèves et des personnels en imposant une classe unique de 33 élèves. Pour nous, enseignants, parents d'élèves ou futurs parents d'élèves, personnels de l'établissement, cette décision est aberrante et met en péril non seulement la qualité de l’enseignement mais aussi l’existence même du collège.

L'année de 6ème est déterminante pour la réussite au collège. Une classe surchargée va nécessairement impacter la qualité de suivi, l'individualisation des parcours et la prise en compte de la diversité des élèves. La réussite des enfants est ainsi hypothéquée au nom de logiques comptables et gestionnaires.

Le collège Jules Verne propose une offre éducative variée, riche en projets porteurs et motivants. C'est un petit établissement qui permet, par sa taille humaine, une connaissance fine des élèves et de leurs difficultés offrant ainsi la possibilité à chacun d'être accompagné dans ses apprentissages au plus près de leurs besoins. Une fois encore le choix est fait du sacrifice du petit établissement rural au profit de structures urbaines plus importantes compliquant ainsi la vie des parents, dégradant la qualité du service public et creusant encore les inégalités.

C'est pourquoi nous, enseignants, parents d'élèves ou futurs parents d'élèves, personnels de l'établissement, au nom de la qualité du service public, de l'égalité des chances et la réussite des élèves, demandons le maintien de deux classes de 6ème initialement prévues à la rentrée prochaine."

Auteur : MJ | 03/07/2019 | 8 commentaires
Article suivant : « Le Pouliguen : commémore les 100 ans de l'Armistice »

Vos commentaires

#1 - Le 14 juillet 2019 à 11h10 par Lemere
@ La rédaction

Voilà un sujet qui mériterait d'être approfondi .
Par exemple comment sur quelles bases et par qui est prise la décision .
Qu'est ce qui au fil des années récentes a conduit à cette situation?
Qui a fait quoi ?
Qui n'a rien fait ?
En bref faire de ce cas un " cas d'école "

Car cette situation risque peut être de se reproduire sur d'autres communes du littoral.

Et la loi ne fait pas tout, car si elle fixe le cadre, elle n'empêche pas le département en charge des collèges et les maires en charge du service public sur sa commune d'anticiper pour éviter d'en arriver là .

Je pense que les Pouliguennais attendent des réponses .
#2 - Le 26 juillet 2019 à 08h15 par Samuel
Comment ça il manque de jeunesse au Pouliguen ???! Mais c'est dingue dis donc !

Ah oui c'est vrai... On y préfère les touristes et les résidents secondaires !
#3 - Le 31 juillet 2019 à 08h12 par Chaudron, Le Pouliguen
Grâce aux touristes et résidents secondaires, la ville bénéficie de budgets et aides bien supérieurs a ceux auxquels elle pourrait prétendre sur la base de ses habitants a l'année. Ça permet entre autre de rénover le port, le stade, les gymnases, d'avoir une politique dynamique en faveur des enfants, ne vous en déplaise.

Pourquoi opposer action en faveur du tourisme et action en faveur de la jeunesse, comme si un choix devait être fait...?

Maintenant, si vous avez une idée miracle pour ne pas subir ce que toutes les communes du littoral (sans réserve foncière) subissent, à savoir un prix au m² dissuasif pour les jeunes familles, vous êtes le bienvenu.

A defaut, votre commentaire restera helas au niveau des brèves de contoir...
#4 - Le 08 août 2019 à 16h57 par Lionel, Le Croisic
Lisez l'article, il est très complet, et il relève bien la complexité du sujet pour les maires de nos communes du littoral :

https://mobile.francetvinfo.fr/economie/immobilier/prix-immobilier/on-a-cree-des-ghettos-de-vieux-riches-en-bretagne-les-habitants-ne-font-pas-de-quartier-avec-les-residences-secondaires_3494271.amp

Certes, les résidents contribuent aux finances de leur communes, mais il contribuent beaucoup moins à sa vie sociale car par défaut, ils sont absent la majeur partie de l'année. Sans familles et résidents à l'année :
- ce sont des commerce qui ferment hors saisons où sui disparaissent
- ce sont des service publiques qui disparaissent,
- des banques qui suppriment les distributeurs de billets
- ce sont des classes qui ferment
- ce sont des associations sportives, culturelles ou loisirs qui se mettent en sommeil hors saison, voir qui disparaissent faute de bénévols et/ou d'adhérants.

Les habitants à l'année contribuent plus au dynamisme que les résidents secondaires. D'où cet équilibre indispensable en ces 2 catégories "d'habitants". un 50/50 est souvent recommandé.
Plus dur encore....Tous les convaincre, le bien vivre ensemble.... surtout pour les nouveau habitants...

Salutations
#5 - Le 29 août 2019 à 12h31 par Jeanne, Le Pouliguen
Merci Lionel pour votre intervention, plus intéressante que Chaudron toujours très sur la défensive et agressive. Je retrouve ici du calme pour un sujet préoccupant. J'ai signé la pétition. Maman, je suis cela.
#6 - Le 08 septembre 2019 à 13h23 par chaudron
Merci Lionel de votre intervention, parfaitement exacte et complémentaire de la mienne.

Étonné que Jeanne ne commente pas le commentaire de Samuel, pourtant bien plus polémique et agressif que le mien (que j'invite tout le monde à relire, objectivement).

Se faire taxer de "défensif et agressif" lorsqu'on dénonce des commentaires stériles voire - eux - réellement agressifs procède d'une stratégie de communication assez classique, visant à discréditer par une fausse candeur tout avis opposé à celui que l'on pousse.
#7 - Le 19 septembre 2019 à 10h12 par Jeanne, Le Pouliguen
Pardon si je préfère Lionel à vous, M.Chaudron ! pardon aussi si je ne suis pas une spécialiste de la communication. Je m'exprime librement comme Lionel et cela me questionne. alors quel est le devenir du collège ? 50/50 résidents principaux et secondaires ?
#8 - Le 19 septembre 2019 à 19h40 par chaudron
Vous êtes toute excusée, Jeanne.

L'article cité par Lionel présente en détail les difficultés pour les communes de bord de mer de gérer la cohabitation entre "permanents" et "secondaires", les seconds tirant les prix vers le haut, au détriment des premiers.

Il faut noter que Le Pouliguen ne subit pas (encore?) les méfaits listés par Lionel, à l'exception notoire des fermetures de classe.

Le poste polémique de Samuel m'a fait à juste titre réagir; comme si un choix avait été fait par la ville en faveur des résidents secondaires au détriment des enfants! Impossible pour moi de laisser passer ce genre d'inepties, qui, je persiste et signe, sont du niveau des brèves de comptoir (désolé, c'est mon côté direct).

La ville n'a AUCUN pouvoir contraignant sur une décision de l'académie de fermer une classe; ça a été le cas sur Paul Lesage il y a peu, et ceci malgré (1) une pétition, les mobilisations (2) de la presse + (3) des parents + (4) des élus, reçus alors poliment par le responsable d'académie après beaucoup d'insistance, pour se faire délivrer le message suivant: "j'aurais pu en fermer d'autres, ne vous plaignez pas". Fin du "dialogue". Le maire avait pourtant insisté sur les investissements récents faits par la ville dans l'école.

Une des solutions (et encore pas sûr du résultat?) pour tenter d'équilibrer le ratio "principaux / secondaires" est de d'augmenter les impôts des seconds, comme la loi l'autorise, et espérer que les maisons vides seront revendues à des habitants à l'année.

Vous aurez alors une montée de bouclier des commerçants, qui vous expliqueront que leur activité est en danger, forçant beaucoup d'entre eux à fermer, les "secondaires" faisant la majorité de leur chiffre d'affaires en quelques mois. Ce qui se retournera contre les services, activités etc. à l'année, la ville perdant de son attractivité.

Au plaisir de lire les idées et les solutions PRATIQUES des lecteurs pour résoudre ce problème (national).

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web Régie par : Agence de presse et marketing Images & Idées - images-et-idees@mail.ch CH 1847 Rennaz
www.media-web.fr  |   Nous contacter