Le Pouliguen Infos

Le Pouliguen Le cabinet médical donne la fièvre au conseil municipal

Salle comble au Pouliguen ce mardi soir pour un conseil municipal de deux heures et demie dont une heure d'échanges des plus vifs au sujet du nouveau cabinet médical. Même le public a participé.

Le premier sujet du conseil paraissait assez simple. Le 27 novembre le conseil avait autorisé à l'unanimité la vente d'un terrain de 1 200 m2 appartenant à la  commune dans une zone tertiaire à l'entrée de la ville (Point P) au prix de 58 €/m2, à un groupe de professionnels de santé regroupés en une SCI. Les conditions de la vente étaient définies, il y aurait un complément de prix pour cause de démolition de l'ancien bâtiment. Ces coûts ont été chiffrés, tout va bien. Les acquéreurs ont demandé entre-temps d'acheter en complément une petite parcelle de 56 m2 au même prix. Le conseil doit délibérer pour autoriser la cession.
Et là, coup de tonnerre : les oppositions, face à face, vont prendre le maire sous un feu croisé très violent.

Rechute de l'opposition

L'opposition au Pouliguen est toujours assez agitée, une fois de plus elle va se plaindre des symptômes chroniques du fonctionnement municipal, manque d'appétit pour le débat, myopie sur les projets, surdité sélective aux avis de l'opposition, défaut de communication.

Le groupe  Canonne
« Il y a confusion entre votre rôle de maire, votre qualité de médecin, et de bailleur privé.»
« Où est l'étude d'aménagement prévue pour l'entrée de ville par le cabinet ANP ? (voir le site de la mairie) ». « Il y avait d'autres options, nous n'avons pas eu de débat », « Vous n'auriez pas dû participer au vote » arguant que « la SCI des acquéreurs est domiciliée, chez vous », « Vous avez utilisé votre qualité de médecin ». « On est parti d'une initiative municipale  pour arriver à un projet privé ». «Vous avez démarché vos confrères, mais pas tous les confrères ».
Il réclame fermement  « un débat serein » sur l'aménagement du quartier et met aussi en question l'installation d'un hôtel « low cost qui ne servira en rien au classement touristique de la commune ». Ils insistent,  « le choix de la gamme doit être fait en concertation avec les hôteliers ».
Ils dénonce « un aménagement parcelle par parcelle » sans vue d'ensemble.
Il voteront pour, afin que « les acquéreurs ne fassent pas les frais d'une situation conflictuelle dont vous seul portez la responsabilité ».

Le groupe Samama
Plus offensif envers le maire,  il invoque le conflit d’intérêt, («quatre des médecins exercent à votre domicile », il invoque une pétition, « il y a d'autres professions médicales et paramédicales qui peuvent réclamer des conditions équivalents d'installation au nom du ' principe d'égalité de traitement' ».
« Vous risquez d'engager la commune dans un contentieux grave » (pour lien personnel ou financier avec le projet), « nous demandons une interruption de séance pour  demander l'avis des professionnels de santé pétionnaires présents dans la salle, ou de retirer la délibération et en reparler en commission ou en conseil. »
Norbert Samama reviendra plusieurs fois sur le  droit à amendement, sur le projet pour pérenniser  une maison pluridisplinaire. Il regrettera un manque de démocratie, il réclamera une « solution pour les laissés pour compte ». Il s'interroge aussi sur l'opportunité d'autoriser la construction de l'hôtel et  de  vendre la parcelle au prix de 58 €/m2 voisin « c'est la grande braderie des terrains au Pouliguen !».

« Allez au bout de votre pensée »

Le docteur Lainé, l'agitation fébrile voire les convulsions, il connaît ; il y fait face avec calme. « Ce sont des accusations graves » constate-t-il. Quand on lui demande de répondre questions par question, s'il décide de répondre globalement, il rappelle aux opposants « qu'ils n'ont pas d'instructions à lui donner ». Il s'étonne que 'opposition ne réagisse que maintenant alors que la vente de la parcelle principale a été votée à l'unanimité et « je n'ai aucun intérêt personnel, il s'agit de  neuf  professionnels, il y en a quatre qui sont locataires chez moi, avec les cinq autres je n'ai aucun lien ». « Je n'exerce plus, je n'ai jamais démarché ». « Le prix a été déterminé par les Domaines, c'est une opération blanche pour la commune ».
« Que les autres médecins fassent un projet, je n'ai pas connaissance d'autres projets », « Au même prix !» gronde-t-on dans le public.
«Quant à attirer des spécialistes, il suffit de voir ceux qui quittent la Baule pour aller en zone franche à Saint-Nazaire, et ne sont pas remplacés pour comprendre que ce n'est pas si facile».
 « Un  projet de maison médicale municipale coûte plusieurs centaines de milliers d'euros pour attirer des professionnels . Comme au « Croisic, désert médical », dans ce cas il peut y avoir des subventions, mais « comment fait-on quand certains médecins s'en vont ? ».
« Je  comprends la déception de ceux qui n'y sont pas mais je ne peux pas forcer des gens à se grouper ».
« Je suis serein, si vous estimez qu'il y a un doute allez au bout de votre pensée ».

La délibération ne sera pas retirée, 4 contre.

Auteur : LY | 29/05/2013 | 7 commentaires
Article précédent : « Un conseil presque inexcusable : le maire a évité le Pire »
Article suivant : « L’Europe sur la plage »

Vos commentaires

#1 - Le 02 juin 2013 à 11h01 par BENOIT, Paris
Il y a un projet de maison médicale qui a été approuvé par tous les élus en toute transparence et qui présente bien des avantages admis par tous .
Un mauvais procès fait à Yves LAINE ....en pleine période électorale , pour un bout de terrain .
#2 - Le 05 juin 2013 à 12h20 par Samuel, Le Pouliguen
Benoit, cela se voit que depuis Paris vous avez du mal à suivre les idées farfelues, l'amateurisme et le manque d'ouverture et de dialogue d'Yves Lainé…
#3 - Le 07 juin 2013 à 12h06 par serge, Le Pouliguen
**********MODERATEUR************
Vous pouvez écrire la même chose sans pour autant être diffamant
#4 - Le 10 juin 2013 à 10h55 par serge, Le Pouliguen
samuel je suis en accord avec toi.faisons un petit historique.
Suite à l’article de presse du 08 mai 2013 au sujet de la maison médicale le maire nous confirme que le leurre est habituel dans la gestion de sa commune.
Dans sa campagne électorale de 2008 il avait parlé de la réalisation d’une maison médicale municipale. Il a confirmé à plusieurs reprises sa promesse électorale dans différentes assemblées. Oublie t-il sa réunion avec les professionnels de santé. Il est vrai que les acteurs concernés étaient biens représentés.
Si «leurre» est habituel dans son comportement, le terme « concertation » est proscrit.
En réalité il a mené une démarche confidentielle avec ses amis pour presque offrir un terrain (58€ le m2 ) à ses anciens partenaires au temps ou il exerçait son activité.
Pour monsieur le maire un bon projet ne peut être celui élaboré par ses ex-associés ou acquéreur de sa patientèle .A méditer
#5 - Le 01 juillet 2013 à 10h40 par Jo, Le Pouliguen
Je suis d'accord avec Serge.

En outre, le maire a pris part à tous les votes, il se retrouve juge et partie.
Par décence, il n'aurait pas dû voter mais le problème est plus grave. Sa décision pourrait être remise en cause ultérieurement, ce qui entraînerait de graves préjudices pour la commune.
#6 - Le 10 juillet 2013 à 00h43 par LETOURNEL, Le Pouliguen
Un cabinet médical nous ne pouvons pas être contre.Ce qui me choque c'est la revente de ce terrain à des privés pour 58 euros le mètre carré .Tous nos jeunes quittent le POULIGUEN pour faire construire hors de notre commune.Que Mrs Le Maire leur vende le terrain prèvu pour La construction des soixante pavillons derrière LIDL au même prix 58 euros Le Pouliguen ne fermera plus ses classes,et les commerces seront plus nombreux et mieux fréquentés .Malheureusement tous les projets portant le nom de Mrs Canonne ont tous été supprimés d'office
#7 - Le 16 juillet 2013 à 10h45 par plaisance, Le Pouliguen
**********MODERATEUR************VOIR :

http://www.media-web.fr/charte-du-commentaire-69-75-366.html

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter