Le Pouliguen Infos

Le Pouliguen route de Penchâteau : Patience ! Les travaux se terminent bientôt

Les travaux pour se rendre à Penchâteau ont pris deux mois de retard mais seront terminés pour la saison. C’est ce qu’affirme Jacques D’Estève de Pradel adjoint au maire en charge des travaux.
Jacques d’Esteve de Pradel, adjoint aux travaux - Roselyne Lefebvre, déléguée à la communication – Nadège Rue, responsable adjointe des services techniques - Yves Lainé, Maire – Reynald Germond, directeur des services techniques et développement urbain
Jacques d’Esteve de Pradel, adjoint aux travaux - Roselyne Lefebvre, déléguée à la communication – Nadège Rue, responsable adjointe des services techniques - Yves Lainé, Maire – Reynald Germond, directeur des services techniques et développement urbain

Jacques D’Estève de Pradel était tout à fait désigné pour conduire les travaux au Pouliguen en tant qu’ingénieur génie civil et urbanisme. « Au cours de ma carrière, j’ai construit des routes, des barrages, des immeubles… Au Pouliguen, je me sens à ma place en tant qu’adjoint aux travaux ». Lors d’un point travaux qu’il souhaite tenir tous les six mois il a voulu rassurer les Pouliguennais sur l’avancement des travaux à Penchâteau. Il faut dire que ça commençait à grincer des dents, les Pouliguennais ont montré dans le passé qu’il savaient râler et sanctionner lorsque l’on touchait à leur circulation.

Jacques D’Estève de Pradel s’est dit conscient des difficultés que peuvent rencontrer les Pouliguennais. « Nous avons dû enfouir les réseaux, de nombreuses entreprises sont intervenues et le chantier a été perturbé par les tempêtes de l’hiver et un problème de fourniture de bordures. » L’adjoint aux travaux assure que le chantier se terminera fin juin (au lieu de fin avril).

La Mairie, consciente de l’importance de cet axe majeur qui va du port à la pointe de Penchâteau a l’intention de rénover toute la route depuis la rue Jules Benoît jusqu’à la pointe. « Nous procéderons par étapes au cours des six prochaines années » souligne l'adjoint aux travaux.

Lors du point presse, Yves Lainé a accompagné son adjoint aux travaux pour présenter l’espace rénové de la place Monseigneur Freppel autour de la chapelle. « Cette opération contribue à l’embellissement de la ville. La chapelle est un incontournable de l’itinéraire touristique pouliguennais » souligne Jacques D’Estève de Pradel.

Les prochains travaux

L'adjoint en a profité pour développé quelques-uns des futurs chantiers.


La rue Jean Bart et du Lieutenant Lebert a proximité des Halles
Sa rénovation devrait débuter à la rentrée pour se terminer pour le début de l’année 2015. « Là aussi, il va y avoir du travail sur les réseaux d’eaux pluviales et d’eaux usées. Les chaussées seront habillées d’un enrobé grenaillé au centre, avec des pavés en granit sur les côtés. Le secteur sera qualifié de ''zone de rencontre'', c’est-à-dire que la priorité sera donnée aux piétons, et aux cyclistes dans une moindre mesure. »

Les rues Surcouf, Caboteurs, Dr Le Rouzic…

« Nous projetons d’en faire une par an.  Par ailleurs, nous allons effectuer rapidement un traitement de surface de la rue du Croisic. Entre 2015 et 2017, des logements vont se construire en lieu et place des anciens établissements Jaunasse et Montfort. Nous pourrons ensuite rénover la rue plus en profondeur ».

La rue des Merisiers et le chemin des Lauriers

Elles seront rénovées à court terme.

La rue de Kerdun

Le réseau d’eaux pluviales sera doublé afin d’offrir une plus forte capacité d’évacuation, utile en cas de fortes pluies.

Boulevard de l’Atlantique

La portion qu’il reste à aménager sera entreprise dans le cadre de la requalification de la zone du Poull’go.

Le boulevard de la Libération

Il relie la gare aux Bôles de Goustan et va aussi connaître de grands changements dans les années à venir.

Comme chacun sait le budget voierie est lourd dans le budget d’une commune. « Il y aura trois types de traitement : l’entretien de surface, les rénovations légères et les opérations plus conséquentes. Cette hiérarchisation permet de relativiser les coûts. Ensuite, le fait de procéder par étapes nous permettra d’échelonner les frais et de tirer le meilleur parti d’éventuelles subventions. Enfin, nous agirons avec pragmatisme. C’est-à-dire que nous ajusterons nos ambitions, en fonction de nos moyens. » Conclut Jacques D’Estève de Pradel.




 

Auteur : JBR | 10/06/2014 | 1 commentaire
Article précédent : « Rythmes scolaires : réunion d’information »
Article suivant : « Norbert Samama conteste la répartition des dépenses pour le confortement des berges »

Vos commentaires

#1 - Le 13 juin 2014 à 18h20 par Mathilde M, Pouliguen
J'ai été surprise des propos de M.Pradel. En résumé, tout va bien. Les deux mois de retard sont excusés. Je marche beaucoup et j'observe. Très souvent il y avait un ouvrier maximum autour de la chapelle. Les tranchées étaient ouvertes puis refermées puis ré ouvertes et ainsi de suite...Coordonné ou surveillé ? Jamais ! Tous les alentours, même autour du musée, sont sales ou abîmés par les engins. Maintenant, c'est sûr, il faut refaire jusqu'à la pointe de Penchâteau. Ce n'était pas prioritaire et l'est devenu parce que personne n'a rien surveillé. Ma rue comme plein d'autres est abîmée, pleine de trous depuis des années. Pourtant quelques rues non passantes passent avant : le chemin des lauriers, rue des caboteurs, ...Là aussi, les entreprises ont abîmé. Qui a surveillé ? Quant aux rues du docteur le Rouzic, Surcouf et des caboteurs, elles sont beaucoup moins abîmées et passantes que d'autres. Pourquoi elles ? J'ai une petite idée. Même âgée, je ne suis pas dupe. Et les chiffres exacts, qui va nous les donner pour chaque rue ?
Si les élus pouvaient aller dans les rues du Pouliguen et travailler pour nous, ils changeraient leurs priorités.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter