Le Pouliguen Infos

Le salon bio et du bien-être a-t-il tenu toutes ses promesses ?

Le salon bio et du bien-être se tenait ce week-end au Pouliguen organisé par la municipalité. Le lieu est agréable, l’organisation et l’accueil parfait diront les exposants.Quelques-uns se plaignent de la fréquentation et du manque d’exposants à l’extérieur. Les exposants annoncent 600 visiteurs les deux premières journées.

Salle des fêtes du Pouliguen, pour la 6e édition, le salon est à l'abri des bourrasques pour une grande partie des exposants. C'est un des plus originaux de la Presqu’île car il associe Bio et Bien-être. Selon l’adjointe à la culture Delphine Bodet les chiffres de fréquentation sont en légère progression. « Il y a un peu moins d’exposants mais un tiers de nouveaux ». Seulement trois exposants à l’extérieur et pas de producteurs bio ce qui fait dire à l’adjointe à la culture « qu’il y a eu moins de demande cette année pour l’extérieur » mais elle précise en tirer les conclusions et faire évoluer le salon l’an prochain.

Côté exposants la remarque la plus fréquente est l’insuffisance de communication pour faire connaître le salon à l’extérieur du Pouliguen. Cela a sans nul doute une répercussion sur la fréquentation. Les exposants annoncent 600 visiteurs les deux premières journées quand les organisateurs parlent de 1300.

Les stands étaient très divers, présentés avec soin, le salon est clair la circulation facile dans des allées larges. Les terres du Pérou, les bienfaisances multiples de l'ortie ou de la reflexologie, l'intérêt d'une maison en pierre, l'isolation végétale, les fruits séchés (superbe stand de couleurs et de saveurs), les vertus des minéraux ou du miel, le pouvoir des huiles essentielles, les musiques celtes, l'oreiller ami de nos nuits et autres présentations originales et bienveillantes font de ce salon un endroit intéressant et reposant à visiter. Particularité : c'est un salon « qui sent bon ». Cependant les parfums même légers sont, comme toujours, un peu gênants en mélange. Difficile de gérer le bien-être, c'est personnel entre ventilation et courants d'air.

Des cuisinières portatives issues du commerce équitable :

Nous avons trouvé sur le salon un produit original le Fatapera. Le Fatapera est une cuisinière (un seul feu) portative malgache, une sorte de barbecue en terre réfractaire serti dans une enveloppe métallique. Il suffit de remplir de charbon de bois et d’allumer. Une trappe dessous permet de réguler l’afflux d’air et la combustion. Une fois le feu allumé vous pouvez cuisiner tous types de plats, tajines, plats mijotés, grillades. Sa température monte à 1 200 °C et il ne dégage aucune odeur. Il a été inventé par le sociologue Verenako car il permet aux utilisateurs de faire des économies sensibles de consommation. Hélène Courty naturopathe le commercialise, elle fait ainsi travailler trois familles malgaches elle espère développer ce produit vers les particuliers et dans les restaurants.
Site : http://naturetcuisine.com/index.html
 

Auteur : JBR | 20/05/2012 | 2 commentaires
Article précédent : « Défi de la Baule avec l'UCAP »
Article suivant : « Les jobs d’été arrivent au Pouliguen »

Vos commentaires

#1 - Le 13 avril 2015 à 19h50 par le calvez, TrÉgunc
nous souhaiterions vous acheter 2 grand fatapéra,enavons déjà acquis un à la foire bio de riec
bien cordialement
#2 - Le 16 août 2015 à 14h49 par six-champion, Bordeaux 33300
Comment puis je acheter un fataper. Impossible d'en avoir depuis Mada.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter