Le Pouliguen Infos

Les Amis du Nau appellent la municipalité à une plus large concertation

Forte de ses 242 membres actifs, l’association des Amis du Nau se pose comme un interlocuteur incontournable sur les dossiers d’urbanisme et environnementaux de la commune. Lors de son assemblée générale, la présidente, Guillemette Gallon s’est félicitée de l’élaboration du PLU et de l’abandon des projets sur la ZAC Portes Korriganes. Les Amis du Nau restent vigilants et actifs pour la plage, le bois et le projet éolien offshore.
Les halles, un point noir pour les Amis du Nau
Les halles, un point noir pour les Amis du Nau

C’est la tendance dans le milieu des associations environnementales : l’heure n’est plus à l’opposition systématique et à l’enchaînement des procédures judiciaires et administratives. Ce fut le cas pour le dossier des Portes Korriganes avec des longues années de combat, usantes et génératrices de frictions, même si pour les Amis du Nau et les 19 associations réunies au sein de la Fédération Presqu’île Environnement, le jeu en valait certainement la chandelle. « Nous espérons ne plus jamais entendre parler de la ZAC Portes Korriganes puisque le Préfet nous a donné raison en la rendant inconstructible suite à Xynthia », indique la présidente.
Non, place désormais à la concertation et au dialogue avec les politiques et les acteurs économiques. La preuve de cette bonne volonté affichée de tous côtés : la présence très appréciée à l’assemblée générale de l’adjoint en charge de l’urbanisme et du développement durable, Philippe David. Interpellé sur plusieurs sujets, il a répondu aux nombreuses questions. Un exercice d’autant plus difficile que les points de désaccords sont encore nombreux.
La représentation de l’association au sein du Conseil consultatif des services publics de Cap Atlantique, ainsi qu’à la Commission préfectorale des paysages et des sites, s’inscrit dans ce cadre. « Notre représentativité au sein des différentes instances locales, administratives ou environnementales, est maintenant bien établie. C’est le fruit d’un relationnel efficace et de compétences reconnues », se réjouit Guillemette Gallon.

Le PLU, un enjeu fondamental

C’est confronté à la décroissance démographique et aux problèmes liés au logement que Le Pouliguen a commencé l’élaboration du PLU. Depuis 2008, les Amis du Nau appelaient cette procédure de leurs vœux. Là aussi, l’association espère une très large concertation, ce qui semble être le cas puisqu’une réunion vient de se tenir avec les élus. « Nous souhaitons voir se formaliser et débattre l’ensemble des projets concernant notre commune pour les 10-15 ans à venir. Le PLU doit être une occasion fondamentale pour chacun de participer au débat et à la détermination de l’avenir de notre commune », ajoute une présidente qui promet de rester vigilante quant à l’accès à l’information, « premier pas vers une concertation effective ».
Les attentes de l’association, qui depuis 2004 s’investit dans la qualité de vie au Pouliguen, notamment pour ce qui est de la Nature, l’Architecture et l’Urbanisme, sont très nombreuses. Déjà, elle ne cache pas sa déception de voir les projets des nouvelles halles et du boulodrome exclus du débat sur le PLU.

Les dossiers des Amis du Nau

-    Le bois du Pouliguen
« Tout comme la plage, le bois du Pouliguen est un petit espace fragile et convoité. Nous ne percevons pas de vision municipale claire à leur égard », résume Guillemette Gallon. Avec les associations DECOS et « Protégeons le Petit bois », les Amis du Nau s’inquiètent des abattages répétés sur le site, précisant que sur les 3 000 arbres d’origine, il n’en reste aujourd’hui qu’un millier. « Nous avions établi une tentative de dialogue avec la municipalité pour la sensibiliser au devenir du bois. Malgré de nombreuses interventions auprès du maire, des adjoints et des services, Yves Lainé refuse de communiquer les études réalisées par la commune. Un permis d’abattage a été déposé, mais ne nous est pas accessible », regrette la présidente. Et de dresser un dur constat : « L’abattage sans justification publique a été supérieur au reboisement. La végétation du Calvaire a été dévastée. On a tendance à minéraliser au détriment du vivant et du naturel ».
-    Natura 200
Les Amis du Nau dénoncent le « saccage » d’une parcelle de la zone de protection spéciale aviaire par 3 600 m3 de remblais. Elle soutien la plainte qui a été déposée auprès du procureur de la République, plainte qui a été jugée recevable par la Commission Européenne. L’affaire suit son cours.
-    La plage
L’association a suggéré au maire la mise à disposition d’un défibrillateur au poste de secours. Elle souhaite la bienvenue aux « Bains du Nau » et à son nouveau locataire avec qui elle entretien de bonnes relations. Elle se félicite qu’il ait rafraîchi le local.
Concernant le nettoyage, les Amis du Nau ont constaté une amélioration sensible et le maintien du gardiennage. En conséquence, les algues vertes n’ont fait que de rares apparitions. Elle regrette toutefois le prélèvement massif de sable et « le fait que l’estran ne soit plus qu’un champ de cailloux ». Les dérogations accordées aux véhicules à moteur constituent, selon l’association, une régression.
La qualité des eaux est un gros sujet d’inquiétude et les Amis du Nau mettent en garde contre la possibilité de voir le site de Toullain prochainement orné d’un pavillon rouge permanent. Le courrier, adressé aux propriétaires dont les installations ne sont pas conformes, reste insuffisant.
-    Les halles
« Notre association ne participe pas à ce dossier qui manque de transparence et elle s’étonne devant les coûts prévisionnels qui ne cessent de monter. On évoque aujourd’hui 1 600 000 euros. Ce projet étant contraire à la ZPPAUP, il a fallu la réviser. Il a fait naître de nombreuses critiques tant pour sa gestion financière maîtrisée que pour son usage futur », indique Guillemette Gallon.
-    Eoliennes offshore
L’appel d’offres a été lancé. Vu la richesse et la fragilité des fonds marins, les risques pour la courantologie et la sédimentation, l’association préférerait des solutions flottantes et multi-énergies telles qu’elles commencent à se développer. « Nous craignons une implantation obsolète et Nass and Wind nous confirme qu’il s’agit de leur dernière étude de parc marin non flottant. Nous sommes membres actifs du Collectif de Défense de la Mer qui coordonne les actions », indique la présidente.
A ce propos, l’assemblée générale des Amis du Nau s’est poursuivie par une présentation de J.C Ménard de l’association pouliguennaise « Estuaire Loire Vilaine », spécialisée dans la qualité des eaux et la préservation des fonds. La conclusion de ses travaux débouche sur une forte inquiétude quant à l’impact potentiel des travaux d’installation de la zone industrielle éolienne du Banc de Guérande.
A noter que l’association souhaite mettre en place une commission de réflexions et de projets sur l’avenir du bois et de la plage. Tout adhérent intéressé est le bienvenu pour y participer et apporter ses idées.

 

Auteur : YD | 02/09/2011 | 0 commentaire
Article précédent : « Isabelle Penot-Leroi : le vilain petit canard de l’équipe municipale »
Article suivant : « De l’entretien de la piste cyclable au futur parc éolien. »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter