Le Pouliguen Infos

Les artisans (d’art) font salon

19 hommes et femmes investissement la salle des fêtes du Pouliguen pour le 5e salon des artisans d’art le temps d’une Pentecôte.

Un marché artistique

Artisan, artiste, on est toujours à se poser la question de la ligne de séparation. Il n’empêche que le talent ou le trait de génie, l’idée originale d’une création dite artistique, reste une notion quasi indéfinissable et fort subjective.
En tout cas, on espère que ce salon qui se déroule habituellement salle Baudry, actuellement « réquisitionnée » par les commerçants en attendant l’inauguration des nouvelles halles, attirera de nombreux chalands en ce we prolongé.
Car il foisonne d’idées de décorations et donne parfois des envies d’achat compulsif.
On ne va pas se voiler la face, ces artisans d’art ont aussi besoin de vendre ; le salon du Pouliguen n'est qu’un lieu de plus pour exposer. Mais, quelque part, l’idée de les regrouper mérite le détour pour cette volonté, en ces temps dits de crises, d’exposer en commun dans une sorte de marché de l’artistique non élitiste.
Ils viennent essentiellement de Loire Atlantique, mise à part quelques exceptions, comme Michel Tournier, habitant Questembert (56) qui offre au regard des formes à base de douelles*.
« Avant, je travaillais dans les voitures, j’ai arrêté en 2009 ; en voyant un vieux tonneau, je me suis demandé ce que je pourrais en faire ».
Résultat, après des heures de nettoyage, ponçage, pré assemblage des pièces de bois incurvées ; la forme germe, elle devient poisson, squelette de bois, vertébré à branchies, du recyclage océanique ; « Ca change d’un tableau, non ? » poursuit l’homme avec un petit sourire.

A plein temps dans la peinture

On regarde, on observe, on contemple, on peut aussi parler, discuter, échanger avec les exposants, artisans, artistes ; c’est aussi l’avantage du lieu.
Ici, des sculptures en os de bœuf, « l’ivoire, c’est interdit » glisse Pascal Poupon. Magnifiques de précision, les objets sont travaillés avec des outils de dentistes…
Bijoux fantaisies, sculptures métalliques, céramique raku ; puis, plusieurs peintres dont Marie-Hélène Oger, l’une des « régionales » (Elle habite au Pouliguen).
« Je suis à plein temps dans la peinture depuis 2009 ». Elle a fait les Beaux-arts à Rennes. Elle développe, souvent en grand format, des scènes de mer ou des paysages maritimes, mais aussi posées sur des supports plus originaux, comme l’ardoise et le carrelage. Elle compose aussi des fresques murales, travaille de mémoire : « Je connais par cœur les lieux que je peins ».
Après ces trois jours au Pouliguen, certaines pièces retourneront dans les ateliers, d’autres vont continuer à être vues dans des expositions  comme les toiles de Marie-Hélène Oger (15/30 juin, BPA le Croisic) ou sur les marchés de la région pour les poissons et autres objets de déco de Michel Tournier qui d’ailleurs est toujours preneur de vieilles barriques et autres tonnelets, surtout des petites pièces.
*Douelle : Une douelle est une pièce en bois qui forme avec d’autres la paroi des tonneaux.

Pratique :
Michel Tournier : 06 85 20 99 12
Marie-Hélène Oger : 05 33 02 58 10
Salon des artisans d’art, jusqu’à lundi, salle des fêtes
10h/19h

Auteur : JRC | 26/05/2012 | 1 commentaire
Article précédent : « Quatre artistes pour une expo black and white »
Article suivant : « Exposition : des peintres bretons au Rex »

Vos commentaires

#1 - Le 04 octobre 2014 à 17h42 par RIMAUD
bonjour je souhaiterais rentrer en contact avec tony art barik, quelqu'un peut il me donner son mail ou tel ?
merci

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

 Twitter réseau Média Web
Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter