Le Pouliguen Infos

Les paysages industriels et urbains révèlent leur beauté et deviennent de l'art

C'est au cours d'un vernissage qui eut lieu vendredi soir que la galerie 7l a présenté sa nouvelle exposition. Une trentaine d' invités, dont le maire, M. Lainé, sont venus découvrir des œuvres parfois surprenantes mais toujours hautes en couleurs. Principalement des scènes de chantier où le casque n'est pas obligatoire.

Pour cette exposition qui se tiendra au Pouliguen jusqu'au 19 juin, la directrice de la galerie Virginie Steel a réuni quatre artistes sur le thème "Industriel au fil de l'eau" :
Éric Lecam : Le peintre de souche croisicaise mais aussi enseignant dans un centre d'art contemporain à Paris présente ici ses nouveaux travaux. Cet artiste que l'on a pu rencontrer l'année dernière à l'Ancienne Criée du Croisic donne au spectateur une nouvelle vue de scènes urbaines ou marines de la vie quotidienne. Les paysages dans lesquels le bleu grisé et le bleu royal dominent sont composés d'une multitude de touches de couleurs, telles des pixels, afin de donner l'impression de mouvement. "C'est comme un flux sanguin". On est à la fois bercé et entraîné à l'intérieur de la toile. L'artiste participera au salon national "Art en Capital" au Grand Palais à Paris en novembre, mais ses peintures sont aussi visibles dans une galerie permanente de Barbizon, le "Painter's Club".

Dominique Dubois est photographe originaire de Paris. Il part à la recherche de lieux insolites souvent interdits au public. Il cherche à recréer et redéfinir les paysages industriels, comme des chantiers tout en gardant leur force graphique et les matières. Les prises de vues recomposées et découpées par ordinateur laissent le spectateur devant une scène intemporelle. Le ciel étant remplacé par des aplats de gris donne cet effet de temps suspendu. Certaines photographies ressemblent à s'y méprendre à des peintures.

L'exposition présente aussi un autre photographe : Frédéric Duclos. Cet artiste absent pour le vernissage réalise quant à lui des clichés tournés vers des détails d'architectures, de bateaux... Ceux-ci, surprenants, parfois étranges sont toujours graphiques et colorés. Il cherche à transmettre au spectateur l'émotion qu'il a ressentie devant ces compositions involontaires et collectives qui le fascinent.

Le quatrième artiste de la galerie est un sculpteur : Jean-Denis Maysonnave. Originaire d'Angers, il sculpte à partir de fer à béton et de papier des femmes élancées et gracieuses. Si ses œuvres ne respectent pas le thème de l'exposition, on est toutefois charmé par le côté léger de ces femmes oiseaux. On serait presque tenté de copier leurs gestes et leurs mouvements si fluides bien qu'elles soient immobiles.
La galerie située place Delaroche Vernet est ouverte tous les jours de 10 h 00 à 12 h 30 et de 14 h 30 à 19 h 00, sauf les lundis de mai et cette exposition est visible du 5 mai au 19 juin.

Auteur : MP | 11/05/2011 | 0 commentaire
Article précédent : « Expo . L’art du pastel s’installe jusqu’en septembre dans la Presqu’île »
Article suivant : « Tri Yann à la fête de la musique, ça jazz au Pouliguen »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

 Publicité
Audiences annuelles des sites du réseau Media-Web
 Twitter réseau Média Web
Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter