Le Pouliguen Infos

Quand la forme et la méthode prennent le pas sur le fond au Conseil Municipal

La trêve estivale n’a pas beaucoup apaisé les esprits des élus Pouliguennais. L’ambiance était une nouvelle fois tendue lors du conseil municipal, ce vendredi soir, entre la majorité et son opposition conduite par Christian Cannone. Et coup de théâtre avant que ne sonnent les trois coups, Norbert Samama annonce qu’il ne fait désormais plus partie de la majorité acquise à Yves Lainé. Et si tout le monde est d’accord sur le fond, le projet de logements rue du Croisic et sa délibération pour obtenir une subvention, a donné lieu à une belle passe d’armes entre ce qu’il faut désormais appeler les « trois groupes » du conseil municipal.

Petites piques et bons mots, ironies et sous-entendus, font toujours leur effet auprès du public qui assiste nombreux aux débats du conseil municipal. Et même lorsqu’il n’y a pas de gros dossiers à l’ordre du jour. Mais cette fois, la séance ne se sera pas éternisée au-delà de 22 h 30. 

Le ton a été donné dans l’allocution préliminaire de Norbert Samama, sous le regard ébahi des élus de tous bords, chacun en prenant pour son grade. « Dans le compte rendu du dernier conseil municipal, beaucoup de nos questions sont restées sans réponses. Et il y a les insultes, nous avons été traités de malades et de fous par votre majorité, Monsieur le maire. Monsieur Christian Cannone est votre complice, et vous lui rendez service. Malgré tous nos efforts, notre accès à l’information est limité. Nos interventions sont traitées avec mépris. Nous ne sommes plus d’accord avec vos méthodes de travail. Nous sommes contraints de constater, de votre fait, notre exclusion de la majorité municipale. Dont acte », indique-t-il. L’élu franc-tireur n’a pas précisé si d’autres conseillers le suivaient dans cette démarche. Il ajoute quant à ses futures prises de positions : « Notre volonté reste de représenter les Pouliguennais qui nous ont élus ».

Rappelant les objectifs de la commune en termes de constructions de logements sociaux sur la période 2008-2010, Yves Lainé pensait bien faire passer sans difficulté la délibération sollicitant auprès du Conseil Général une subvention au titre du Fonds d’Aménagement Urbain pour la réalisation de 18 logements, rue du Croisic. Ce projet s’inscrit dans une perspective de renouvellement urbain du centre-bourg. Il porte sur une unité foncière de 1 074 m2 acquise pour un montant de 633 375 euros. Ce projet semble répondre aux besoins en taille d’appartements, à l’installation de jeunes ménages avec enfants sur la commune, et l’accueil d’une population diversifiée en vue de retrouver une mixité générationnelle pour garantir un équilibre des services à la population.

Mais Christian Cannone ne l’a pas entendu ainsi. Il a demandé le report de la délibération d’un ou deux mois, fustigeant les méthodes employées par la majorité pour la communication des pièces du dossier. Le leader de l’opposition s’étonne également que cette demande soit adressée au Conseil Général, qui selon lui, n’est pas habilité à délivrer ce genre de subventions. « Vous vous trompez une nouvelle fois d’interlocuteur ! C’est la troisième mouture pour cette délibération, nous ne l’avons eue que ce midi, comment travailler et étudier le dossier dans de telles conditions ? Notre désaccord ne porte pas sur le principe, mais sur votre méthode. Il est encore temps de se poser et réfléchir, en remettant cette décision à plus tard. Je peux vous affirmer qu’il n’y a pas urgence », explique-t-il. 

Christian Cannone critique bien d’autres points : la concurrence qui selon lui n’a pas joué à plein dans la décision de prendre «Espace Domiciles » comme bailleur, la répartition des logements qui ne répondent pas à la demande des jeunes ménages avec trop de T2 pour pas assez de T3 et T4. Le groupe d’opposition demande plus de concertation dans ces domaines.

La réponse cinglante de la majorité n’a pas tardé, par l’intermédiaire de Valérie Ganthier. « Il (C. Cannone) regrette n’avoir eu la délibération qu’aujourd’hui, mais il est mieux traité que nous auparavant, et il se permet de nous faire la leçon ! J’en ai la preuve ici, et à l’époque, on n’a pas fait d’histoire », lance-t-elle, faisant référence à un dossier similaire en début 2007. Françoise Sallé a rétorqué : « Nous vous avions demandé trente minutes avant le conseil de bien vouloir voter cette délibération. Lundi dernier, nous vous avons rencontré, et nous l’avons reconnu. Les circonstances n’étaient pas les mêmes ». Norbert Samama rebondit : « Il faut changer ces méthodes de travail sans se référer sans cesse au passé. Je propose la mise en place d’une chartre de la démocratie locale au Pouliguen. Ne rigolez pas, cela se fait dans de nombreuses communes ! ».

Le dernier mot revient à Yves Lainé qui fait passer la délibération en force. « Ce sont des logements de grande qualité, à loyers modérés. C’est moi qui ai demandé à ce qu’on passe de 25 à 18 unités pour qu’il y ait plus de surface, des garages, des jardins privatifs pour certains, une meilleure isolation, des logements aux normes BBC. Et je tiens à rassurer les riverains qui ont fait une pétition les constructions seront respectueuses de l’environnement. Quel signe envoie-t-on à de futurs voisins en agissant de la sorte ? ». Le Maire ajoute qu’il travaillera avec tous les élus pour les autres dossiers concernant ce projet.

Collecte des déchets

Sujet récurrent au centre des discussions de tous les conseils municipaux des 15 communes de Cap Atlantique, la nouvelle organisation de la collecte de déchets a également agité le Landerneau Pouliguennais. Cette fois, Christian Cannone fait remarquer une augmentation de la taxe de collecte des ordures ménagères dans la taxe foncière du Pouliguen. Mais le conseiller général a constaté que ça n’était pas le cas à Guérande ! Le maire n’a pas de réponse précise à cette question si ce n’est d’indiquer que Guérande est situé dans le secteur Nord de Cap Atlantique.

L’opposition rappelle l’engagement de la municipalité à ce que la taxe n’augmente pas. Norbert Samama a fait savoir qu’il était dommage de payer au minimum le même prix pour une prestation diminuée.

Le mot de la fin est revenu au Maire, invitant élus et administrés, à un pot de l’amitié. Comme quoi, rien n’est perdu au Pouliguen.

Auteur : Y.D. | 02/10/2010 | 2 commentaires
Article précédent : « La municipalité sollicite la création d’une Aire de Valorisation de l’Architecture et du Patrimoine. »
Article suivant : « La voirie et la circulation au centre des débats entre la municipalité et les habitants du secteur 2 »

Vos commentaires

#1 - Le 03 octobre 2010 à 12h39 par Michel
Il faudrait que ce Monsieur Canone fasse son autocritique et s'interroge pourquoi il n'a pas été élu? et qu'il corrige certains comportements si non il ne sera jamais crédible.
#2 - Le 03 octobre 2010 à 21h32 par Vincent
Ok, mon cher Michel, mais il joue pleinement son rôle d'opposant. Et vous avourez qu'il règne une bien drôle d'ambiance au conseil muncipal du Pouliguen !

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter