Le Pouliguen Infos

Un salon international de l’aquarelle aux multiples visages

Organisé du 3 septembre au 2 octobre à l’Espace Rex par l’association AP2A, le salon international de l’aquarelle accueille sept artistes parmi les plus réputés. A la génèse de cet évènement, Ewa Karpinska, maître de la discipline, et Jean-Michel Tomasoni, le président d’AP2A, se réjouissaient lors du vernissage de soumettre aux regards des amateurs toute la variété que peut proposer l’une des techniques les plus simples en peinture.

De la couleur, du liant et de l’eau, c’est l’aquarelle. Rien de plus simple. Rien de plus simpliste, diront même certains. Ewa Karpinska le regrette : « Depuis quelque temps, on croit que l’aquarelle n’offre qu’un seul visage. Pourtant, cette technique et les artistes qui l’emploient sont d’une vivacité incomparable. Chaque peintre qui expose ici montre un visage très différent. C’est cette diversité et cette créativité qui fait la richesse de ce salon international ». C’est Jean-Michel Tomasoni qui a proposé à l’artiste de faire la programmation de cet évènement. « Elle m’a donné les noms des peintres à inviter et sur ses recommandations, ça a été facile de les convaincre. Ewa Karpinska a une grande renommée internationale », indique le président d’AP2A. Ce dernier partage le sentiment de l’artiste : « Parfois, l’aquarelle souffre de la comparaison avec l’huile. Mais on peut le voir ici, ce sont des toiles fantastiques réalisées par ce qui se fait de mieux en matière d’aquarellistes dans le monde ».
Mêlé aux grandes signatures de la discipline, AP2A a eu l’excellente idée de faire appel à des jeunes peintres. Ainsi, les toiles « noir et blanc » de Jérôme Cossé tranchent singulièrement, avec leur part de mystère, de celles de Krystof Ludwin, avec ses maisons et places de villages colorés. Et que dire de ces portraits de femmes et de ces nus de Slawa Prinschendko, domaine trop souvent réservé à d’autres coups de pinceaux. Les univers sont saisissants de contraste, mais alors que l’aquarelle est intimement liée à l’eau et à la mer en particulier, les toiles marines sont étrangement absentes. Pourtant, Ewa Karpinska insiste sur cet élément déterminant : « L’aquarelle, c’est un équilibre des couleurs dans l’eau. C’est un peu comme les sédiments marins. C’est comme cela que j’ai découvert la mer ». A noter que celle-ci enseignera quelques techniques lors d’un stage du 5 au 9 septembre.
D’ailleurs, dans la foule qui s’est massée à la galerie du Rex pour le vernissage, samedi soir, nombreux sont les peintres amateurs, anciens stagiaires et élèves, venus de toute la France pour apprécié tant de talents réunis au même endroit. Et les organisateurs d’y voir un autre intérêt : « Au-delà de l’exposition, c’est un moment pour se rencontrer et échanger entre artistes et avec les visiteurs. C’est un partage », indique Jean-Pierre Tomasoni. En clôturant son allocution, Ewa Karpiska rappelle : « La peinture est un langage, et sans vous, elle n’existerait pas ».
S’il est un autre visiteur qui a apprécié l’exposition, c’est bien Yves Lainé. Le maire du Pouliguen est un amateur éclairé même s’il se refuse à « une critique approfondie ». Il se réjouit de ce salon international de l’aquarelle : « C’est une très belle expo, de très haut niveau et à l’image de ce que nous a proposé cette galerie jusqu’à présent. Ici, l’aquarelle retrouve toute sa noblesse et les résultats sont formidables ».
Les peintres présents sont : Pascale Boulon, Ewa Karpinska, Reine-Marie Pinchon, Victoria Prinschenko, Jérôme Cossé, Krysztof Ludwin et Slawa Prinschendko. L’exposition est ouverte tous les jours de 14 h 30 à 18 h 30, entrée libre, à l’Espace Rex au 4 rue de la Plage.

 

Ewa Karpinska
Ewa Karpinska
04/09/2011 | 3 commentaires
Article précédent : « Un talent féminin à Sainte-Anne de Penchâteau »
Article suivant : « Décalés ou dénonciateurs : les regards s’exposent à l’exposition du dessin de presse »

Vos commentaires

#1 - Le 05 septembre 2011 à 08h42 par encolère
Ou sont les photos qui auraient données envie d’aller voir l’exposition?" DE LA COULEUR ?DU LIANT ET DE L’EAU ,C’EST L’AQUARELLE. RIEN DE PLUS SIMPLE. RIEN DE PLUS SIMPLISTE".Parler sans savoir et sans doute sans avoir jamais touché un pinceau (sauf peut-être pour repeindre ses toilettes) à l’air de ne pas gêner ce journaliste !
Pour moi, le qualificatif de simpliste est juste une insulte et dire que "l'aquarelle est une des techniques les plus simples" est une ABERATION.
#2 - Le 05 septembre 2011 à 23h28 par YOANN
Ne soyez pas trop "en colère". C'est justement le côté "simpliste" que cet article et les artistes interrogés souhaitaient balayer. Cette exposition est magnifique et les aquarelles valent vraiment le coup d'oeil, même pour un non-spécialiste, j'ai beaucoup aimé. Mais faites donc ce test : dites aquarelle à un néophytes et voyez ce qu'il en pense. Tous semblent le regretter.

Cordialement.
#3 - Le 06 septembre 2011 à 10h41 par Karpinska
Oh les mots! Encolère, ne lapidez pas le journaliste ! Aquarelle est simple par sa composition matérielle. Par contre sa mise en œuvre est une des plus délicates du monde pictural. Ici, les problèmes de la peinture en général (la composition, le coloris, le dessin) côtoient ceux, spécifiques à l'aquarelle (mouvance de couleurs dans l'eau, écriture et énergie du corps...)

... l'aquarelle par sa réactivité retranscrit tous les états émotionnels du peintre... le partage de valeurs humains, n'est-il pas ce qui manque singulièrement dans notre société?

Cordialement
Ewa

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

 Publicité
Audiences annuelles des sites du réseau Media-WebSalon Chocolat
 Twitter réseau Média Web
Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter